Communiqué de Presse

En réponse à la récente communication de M Strehaiano, président de la CAVAM et vice-président du Conseil Général, concernant le projet de l’Avenue du Parisis (ex-BIP), le Collectif Vivre sans BIP constitué ou soutenu par 17 associations prend note de la concertation annoncée pour mi-2012 et confirme son intention d’y participer pleinement.

Néanmoins, il craint que cette concertation ne soit qu’une façade et que, quel qu’en soit le résultat, toute remise en cause de ce projet du siècle dernier par le Conseil Général soit illusoire.

Il constate, par ailleurs, que les montants annoncés pour cette infrastructure sont à géométrie variable : initialement 500 M€ puis 800 M€ en début d’année et 600 M€ maintenant, signe très inquiétant de l’absence totale de maîtrise du budget de réalisation.

Le Collectif rappelle les atteintes à l’environnement provoquées par ce projet :

– impact calamiteux du chantier lors de sa construction,

– altération de la zone hydrogéologique complexe que constitue la colline de Montmorency et le lac d’Enghien,

– destruction de zones naturelles,

– augmentation de la circulation routière liée à cette infrastructure,

– accroissement des nuisances en termes de bruits et de pollution atmosphérique pour les populations avoisinantes déjà durement touchées par le survol continu des avions,

– accroissement des émissions de Gaz à Effet de Serre,

– répercussions sur la santé des populations riveraines.

En ces temps de disette budgétaire nationale et au moment ou la situation financière du département apparait délicate, le Collectif trouve consternant que le Conseil Général n’ait pas d’autres priorités de financement et d’investissement dans le département alors que cet argent pourrait être avantageusement consacré à l’amélioration des moyens de transports collectifs du Val d’Oise, sujet qui demeure la priorité affichée par ses habitants.

Le collectif considère qu’une véritable étude des besoins de déplacement, réalisée dans une concertation transparente, constituera sans doute la solution la plus satisfaisante pour orienter définitivement le Département vers une politique de transports durable.

Il se veut être une force de proposition de solutions alternatives au BIP qui permettront un développement harmonieux et humainement respectueux de nos villes.

-----------------------------------------------------------------------------------

Lien pour télécharger le communiqué du Collectif : CP_22_12_2011

-----------------------------------------------------------------------------------

IMG_4804_r Ci-contre, une image de l'intervention télévisée de M Luc Stréhaiano (Voir le JT de VONews du 8 decembre 2011 - vers 2’40 - en cliquant sur la photo). Le journaliste annonce que le prolongement du BIP pour la liaison A15-A1 est un chantier dont le coût est estimé à 600 millions d’euros et que le coût de la concertation prévue pour mi-2012 est estimé à 1 million d’euros. Pour sa part, Luc Stréhaiano précise que le « bouclage complet » pour réaliser les 13 kms restant va demander « une bonne dizaine d’années », avec un point de départ des travaux aux alentours de 2015, ce qui laisse le temps de « trouver les crédits » comme le précise notre vice-président.

Article sur la réaction du Collectif dans VOnews : VOnews_2011_12_22