La revue scientifique Nature Climate Change constate que les excès de surfaces bétonnées ou couvertes d'asphalte dans nos villes participent largement au réchauffement climatique sous forme de points chauds. Ce constat doit nous mettre en garde sur les risques sanitaires élevés pour les personnes qui habitent massivement dans ces villes.

Une raison de plus pour abandonner le projet de l'Avenue du Parisis (ou BIP) et tout autres projets similaires destinés à favoriser quelques inconditionnels de la voiture au détriment des habitants qui souhaitent surtout conserver leurs espaces verts.

20_Minutes___2017_05_31___Le_beton_etouffe_les_grandes_villes