Et son président, Frédéric Vernhes, qui n'est pas à court d'argument choc, de déclarer : « S’y opposer, c’est comme être en plein désert du Sahel et refuser la construction de puits ! C’est aberrant. » (voir texte et photo de l'article du Parisien ci-dessous)

Aberrant ? Ce qui nous semble « aberrant » c'est de poursuivre un tel projet qui permettrait de favoriser les modes de transport polluant sans tenir compte ni de l'avis ni du besoin des habitants et en se moquant totalement du bilan carbone.

En revanche, il est juste de comparer ce projet à un « puits », on peut même dire à un « gouffre » dans les finances exsangues de notre conseil général.

 

Le_Parisien___2015_10_19___Le_CCI95_soutient_l_avenue_du_parisis