Communiqué de Presse du 11/05/2015

Le Collectif Vivre sans BIP déplore la décision du conseil départemental de lancer l’enquête publique pour le BIP Est

Le conseil départemental vient, lors de sa séance du 27 avril, d’entériner le lancement de l’enquête publique pour la portion Est de l’avenue du Parisis (BIP) de Bonneuil à Groslay d’un montant évalué à 146 M€. Le Collectif Vivre sans BIP déplore qu’un pas supplémentaire soit franchi vers le bouclage de cette infrastructure inutile, hors de prix et sources de multiples nuisances et pollutions.

Les raisons pour abandonner ce projet s’accumulent :

- aucune adhésion de la population, y.c. sur la portion Est, exprimée lors de la concertation contrairement à ce qu’affirme de façon mensongère le conseil départemental,

- Des pics de pollution répétitifs ayant de graves répercussions sur la santé des Franciliens

- La tenue de la COP21, sommet international pour sauver le climat, aux portes du Val d’Oise (au Bourget) en décembre prochain

- La réalisation du Dôme de Sarcelles devenue hypothétique avec la réalisation de la salle du Colisée à Tremblay.

Enfin, le Val d’Oise est un des départements les plus endettés de France : sa dette vient de dépasser le milliard d’euros. A la recherche d’économies, le conseil départemental n’a d’ailleurs pas hésité, lors de la même séance, à rogner ou supprimer un certain nombre d’aides sociales de toutes sortes: accueil petite enfance, EPAD, missions locales, aide à la garde d'enfants à domicile, aide éducative… et à augmenter les tarifs des cantines des collèges.

Le Collectif compte bien faire valoir l’ensemble de ces éléments lors de l’enquête publique à venir.

 

Ci-après le communiqué au format pdf : CP_Vivre_sans_BIP_110515